Situé sur la côte Ouest de Tahiti en Polynésie Française, notre petit hôtel familial vous propose l'accueil chaleureux et les prix avantageux d'une pension avec tous les services d'un hôtel. Tél./Fax : +689 40 45 56 12 - Email : laplage@mail.pf


Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest

Cet article est là pour vous donner une idée de ce que vous pourrez découvrir en réalisant un tour de l'île en voiture.




Le marché de Papeete

Le plan ci-après vous permet de situer le marché dans Papeete :
Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest

Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest
En 1850, il y avait deux marchés dans la ville de Papeete, un marché destiné aux poissons et un autre destiné aux fruits, légumes et viandes. Ils se situaient à l’époque à la place Vaiete
d’aujourd’hui.
En 1869, le marché est déplacé à la place qu’il occupe actuelement.
Depuis1987, le marché de Papeete appelé aussi « Mapuru a Paraita » est totalement rénové, de même que sa superficie a été doublée. Grâce à ses deux étages ce sont dorénavant 7 000m2 qui sont à la disposition des marchands venus de tout Tahiti.
Il est ouvert de 6 heures du matin à 18 heures et il attire une foule colorée de Polynésiens et de touristes.
Le rez-de-chaussée est réservé aux produits alimentaires alors que l’étage accueille les étalages de vêtements et d’artisanats locaux et un petit restaurant.
Le marché de Papeete est le parfait reflet de la vie quotidienne en Polynésie et est également au cœur de la vie sociale des habitants de la ville.

Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest
La Cathédrale de Papeete

La cathédrale se situe au cœur de la ville de Papeete, à côté de la banque de Polynésie. Vous mettrez 5 minutes à partir du marché.

La cathédrale est située en plein centre de Papeete, c'est de là que part le «point kilométrique zéro» du tour de l'île de Tahiti. Elle reste un des derniers vestiges de l'histoire de la Polynésie française ainsi qu’un lieu de recueillement et de visite pour les habitants de Papeete et les touristes.
Il faut savoir que les tahitiens étaient très réticents vis-à-vis du christianisme. Au XVIIIème siècle les missionnaires protestants britanniques s’installèrent à Papeete afin d’évangéliser la population. Cependant cette tâche c’est révélée difficile car les tahitiens étaient très attachée à leurs traditions ancestrales. Pourtant, quand le roi Pomare se convertit, un essor à la christianisation de l'île se mit en place. A sa mort, de nombreux Tahitiens retournèrent vers leurs croyances et coutumes.
A partir de 1842, Tahiti passe sous protectorat français.
En 1856 des pères catholiques veulent construire une cathédrale à Papeete. C'est Monseigneur Tepano Jaussen, premier évêque de Polynésie qui dirige le chantier. Celui-ci devra être abandonné faute de moyens financiers.
En 1867, les murs inachevés sont rasés pour que puisse commencer deux ans plus tard la construction d'une nouvelle cathédrale de dimensions plus modestes. Elle fut achevée en 1875 et inaugurée la veille de Noël, le 23 décembre 1875 par Monseigneur Tepano Jaussen.
Elle présente la particularité de posséder en partie une forme gothique.
L'édifice a été restaure plusieurs fois. La dernière restauration date de 2005, date à laquelle elle a retrouvé sa couleur jaune et ses portes d'origine.
De plus la cathédrale de Papeete est une figure de l'histoire de Papeete car elle a été témoin d'un raz-de-marée en 1906, du bombardement de la ville par des croiseurs allemands le 22 septembre 1914, des cyclones de 1983, et des émeutes de 1987.Plusieurs générations d'enfants y ont reçu leur baptême et leur première communion.

Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest
Le Musée de James Norman Hall

voici quelques indications pour s'y rendre:
De Papeete prenez la direction de Pirae- Arue, le musée est situé à 300 m du Mc Donald et du petit centre commercial Raimoana d’Arue cependant vous devrez vous garer côté mer sur le parking de la plage publique face au musée, pour cela un rond point situé à 100 mètre du Musée vous permettra de faire demi-tour.
L’entrée du musée est de 800 Fcfp en 2011. Il est ouvert du mardi au samedi de 8h30 à 15h30. Où une visite guidée vous sera proposée à l’intérieur.

La maison de l'écrivain américain James Norman Hall domine la baie de Matavai, où sont arrivés James COOK, WALLIS, le capitaine Bligh et les missionnaires. C’est une belle maison historique typique des années 30. James Norman Hall est un auteur connu, il a écrit avec Charles Nordhoff (son meilleur ami), les Mutinés de la Bounty, The Hurricane et de bien d’autres œuvres ayant fait l’objet de films célèbres. Hall s’est installé à Tahiti dans les années 1920. Il choisit de construire sa maison dans la commune d’Arue qui était à l’époque calme et sauvage. Il y vécut de longues années avec son épouse tahitienne Sarah Teraureia Winchester, surnommé « Mama Lala », et leurs enfants Nancy et Conrad. James Norman Hall a joué un rôle majeur du mythe de Tahiti en écrivant, avec Charles Nordohff, la trilogie de la Bounty : Les révoltés de la Bounty, Dix-neuf hommes contre la mer et Pitcairn. Certaines de ces œuvres ont fait l'objet de films célèbres interprétés notamment par Clark Gable, Humphrey Bogart et le célèbre Marlon Brando.
Avant que ne débute sa carrière d'écrivain, il a fait partie des membres fondateurs de l'escadrille Lafayette, composée de volontaires américains combattants aux côtés de la France et de l'Angleterre avant que les États-Unis n'entrent, en 1917, en guerre contre l'Allemagne. L’écrivain, décéda en 1951 et a été enterré sur la colline au-dessus de sa maison.C’est à partir de cette date que l’histoire de la jolie maison de la famille Hall devint plus tumultueuse ! Achetés en 1991 par le Pays, la maison et son jardin sont classés monument historique le 20 juillet 1993, à la demande des descendants de l'écrivain et de la Municipalité. Mais faute d’occupant et d’entretien, celle-ci tombe progressivement en ruine. Après des années de persévérance de la part des héritiers Hall et autant de ministères de la Culture plus tard, la maison est reconstruite par le Pays à l’identique. Elle est inaugurée le 17 janvier 2002 pour devenir un musée.
Vous trouverez dans sa maison : son bureau, sa bibliothèque de 3000 ouvrages, sa machine à écrire, le mobilier en bois précieux, quelques objets fétiches, des photos anciennes et ses tableaux préférés.

Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest
La pointe Venus

Indication pour vous y rendre :
Après votre arrêt au musée de James Norman Hall, il vous faut faire un demi-tour au rond-point du Mc Donald d’Arue afin de vous diriger vers le sens de la commune de Mahina. En 10 minutes vous attendrez la pointe Venus, pour cela vous devrez dépasser la pointe du Taharaa et peu de temps après vous verrez sur votre gauche (côté mer) un Magasin nommé « Venus Star », la route menant vers la pointe Venus se trouve juste après ce magasin. Il vous faudra alors contourner le rond-point puis longer le chemin afin d’arriver sur le site de la pointe Venus.
La pointe Venus est un site gorgé d’histoire. Elle est formée par une longue plage de sable noir plantée de cocotiers et du célèbre phare de la pointe Vénus.

Son histoire:
La pointe Venus doit son nom à l’observatoire que construit Cook en 1770 pour connaître la trajectoire de la planète Venus. Cette pointe fut le débarquement de nombreux explorateur comme Bougainville, Wallis et Bligh.
De plus le phare porte les noms de Teara o Tahiti ou Tepa'inavemiti, il a été construit en 1867, par le Capitaine de génie de La Taille, avec la main-d'œuvre constituée par les maçons mangaréviens du Père Laval. C’est une tour carré de 8 étages, édifiée en moellons et coraux d’une hauteur de 32 mètres. Elle est dotée d’un feu blanc fixe, visible à 15 miles.
Durant la Seconde Guerre Mondiale, le phare bénéficia d’un camouflage par les habitants qui le peignirent de cocotier avec leurs palmes et noix afin d’enlever tout point de repère à la flotte de débarquement de l’ennemi japonais.

♣ Il faut savoir que la plage de la pointe Venus est l’une des rares plages publiques de Tahiti. Les Tahitiens viennent y passer leur temps libre, au soleil pour y pique-niquer. La pirogue, le surf et les jeux dans les vagues sont les activités de prédilection de la pointe Venus.

Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest
Le trou du souffleur

Après votre balade sur le site de la pointe Venus, vous pourrez par la suite découvrir le trou du souffleur qui se trouve dans la commune de Tiarei. Pour cela, il va vous falloir regagner la route principale et vous dirigez vers la côte Est. Vous mettrez environ 30 minutes de trajet. Des panneaux de signalétiques vous aideront à trouver le site.

Son histoire
Le trou du souffleur est située sur une pointe appelé Arahoro (ou Anahoho) qui est la limite du district de Tiarei. Il s'agit d'une grotte sous-marine qui se prolonge par une cheminée dont l'extrémité donne au pied de la paroi rocheuse, en bord de route. Les vagues en s'engouffrant dans la grotte font jaillir à travers ce trou de l'eau qui, selon la puissance de la vague, provoque un long souffle bruyant assez spectaculaire. De plus cette grotte, a été partiellement détruite et le trou rempli lors du dynamitage pour la construction de la route par les « Marines US » en 1946.

Sa légende:
A cet endroit se trouve le trou de Teruaporea un guerrier étranger qui s'y arrêta et y mourut. Les personnes âgées de Tiarei racontent que lorsque le vent était favorable, le son de Teruaporea était audible jusqu'au village de Tiarei distant de 4 km de là. Une vraie trompette à marée. Lorsque le rocher Toàtea qui se trouve dans la baie de Faarumai (baie près du trou du souffleur) est exposé, c'est le signe qu'une grande houle arrive.

Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest
Les Cascades de Faarumai
Près du Trou souffleur, vous pourrez trouver les cascades de Faarumai. En effet, le site se situe à 5 minutes (côté montagne) du trou du souffleur, pour cela vous verrez des panneaux de signalétique qui vous indiquerons le chemin à prendre, et il suffira de le longer.

Légende:
Il y a très longtemps, une famille royale vivait dans une vallée de Tiarei. Le père s’appelait Marurai, il était très respecté. Sa fille Fauai était la plus belle fille de Tiarei, et c’est pour cela que son père lui interdisait de discuter avec les garçons de son âge. Ceux qui s’en approchaient, risquaient la mort.
Un jour, sa mère tomba malade, pour la soigner, Fauai alla à la recherche de plantes médicinales afin de la guérir. Et c’est à ce moment, qu’elle rencontra Ivi qui avait le même âge, celui-ci se présenta et ils s’aperçurent qu’ils étaient à la même quête. Ils décidèrent de se cacher dans la vallée. Ne voyant plus Fauai, les gardes se mirent à sa recherche. Ivi, face aux gardes, prit peur et décida de se séparer de la princesse. Mais celle-ci préféra, rester à ses côtés au lieu de retourner auprès de son père. En effet elle ne voulait pas avoir une vie malheureuse. En sachant cela Ivi, lui révéla alors son secret en lui disant qu’il était le génie de la vallée et se transforma en un beau jeune homme. Sentant les gardes se rapprochaient, Ivi et Fauai arrivèrent près d’une montagne.
Et il lui prometta qu’il restera à ses côtés quoi qu’il advienne. Et c’est à ce moment là, qu’ils furent recouverts d’eau et formèrent les deux dernières cascades Haamaremare Rahi et Haamaremare Iti .Les gardes découvrirent ce spectacle incroyable, et au moment du retour, ils furent à leur tour recouverts d’eau, c’est ce qui donna lieu à la troisième cascade nommée Vaimahuta. Depuis ce temps, cette vallée est appelée Faaurumai.

Choses à voir :
Tout au long de votre visite, vous pourrez découvrir plusieurs variétés de plantes tels que :
- Le Bambou - Le Carambolier - Le Mape
- Le Ylang Ylang - Le Miconia - Le Pohue
- Le Hotu - Le Auti - L’Avocatier
- Le Opuhi - Le Bananier

Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest
Le plateau de Taravao

Monter sur le plateau de Taravao est un dépaysement. Le paysage tahitien devient pastoral avec les prairies ou paissent les troupeaux de vaches, les laiteries et les fermes d’élevage. La route grimpe sur 10 kilomètres, à 620 mètres d’altitude. La vue est très belle sur l’isthme de Taravao, sur Tahiti Nui et ses montagnes.
Le Départ se situe à Taravao. Il faut prendre la route de Tautira et tourner à droite sur la route du plateau de Taravao. 400mètres plus loin, cette route tourne à gauche pour monter sur le Plateau.
Le sol du plateau est assez pauvre mais le pharmacien botaniste Cuzent, au milieu du siècle dernier, signale l’intérêt de ce domaine “à pentes douces, sur lequel de nombreux bestiaux vivent en liberté”.
Des reboisements ont été entrepris, forêts d’eucalyptus, quinquinas, acajous, avocatiers, caféiers, pamplemoussiers… des laiteries se sont installés, et des races bovines laitières importées. Le cheptel est donc devenu important à Tahiti. Plus haut, ce sont des races à viande qui ont été installées.
Le Service de l’économie rurale a créé une station d’Elevage au PK 6,5. 2 kilomètres après, vous trouverez un point de vue sous abri. Et 400 mètres plus haut, sur la route de terre en mauvais état, vous trouverez le lac Vaifaufau, “eau stagnante”. Ce lac est un étang, un grand réservoir d’eau, sur plastique, dont l’accès est interdit. Il faut donc garer votre véhicule, puis continuer à pieds.
- Marcher à gauche du lac vers un promontoire avec une vue sur l’isthme de Taravao, le lagon, les montagnes de Tahiti Nui (ce point de vue est plus intéressant qu’au point de vue sous abris).
Altitude : 618 m au lac Vaifaufau

Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest
Teahupoo
A Taravao des panneaux de signalétique vous guiderez vers le village de Teahupoo.

Son histoire :
Le village de Teahupoo est situé sur Tahiti iti, il est connu grâce à ses splendides vagues. Teahupoo est un spot de surf mondialement célèbre et il figure parmi les plus dangereux du monde, du à son fond corallien qui est situé à seulement quelques dizaines de centimètres de la surface. C’est pour cela, qu’il y a régulièrement des accidents, qui sont parfois mortels.
De plus, chaque année se déroule l’une des plus grandes compétitions de surf, attendue de tous, la « Billabong Pro ». Il faut savoir qu’au départ, la compétition s’appelait « Black Pearl Horue » en 1997, c’était la première manifestation officielle de Teahupoo et l’une des étapes de qualification pour le championnat du monde (WCT). Le vainqueur de cette édition fut le célèbre Andy Irons. Lors de L’édition suivante, celle de 1998, la marque des équipements et des vêtements de surf « Gotcha » donna son nom à l’évènement, la compétition s’appela alors « Gotcha Tahiti Pro ». Et c’est à partir de 1999, que la marque australienne « Billabong » parraina l’évènement, jusqu’à aujourd’hui.Les surfeurs qui ont marqué Teahupoo sont Laird Hamilton, Andy Irons et sans oublier Kelly Slater.

Sa légende :
Vehiatua est une femme qui a marqué l’histoire du surf, à Teahupoo. C’était une surfeuse de grande beauté qui venait de Raiatea. Lors d’une visite à Tahiti avec ses amies, elles apprirent qu’à Teahupoo se préparait une fête pour le « Horue » (l’ancêtre du surf). Elles décidèrent d’y participer. On leur dit : « Préparez-vous bien, parce que vous surferez devant de nombreuses personnes et les critiques seront faciles ». Arrivées à Teahupoo, elles virent des belles jeunes filles et de beaux garçons couverts de fleurs, surfant et qui furent acclamés par des cris et des applaudissements. Quant à Vehiatua et ses amies, elles étaient assises à l’écart et se contentaient de regarder. Et c’est ainsi, qu’elles devenaient la cible des rires et des moqueries. On leur disait : « Vous êtes les seules filles sur le rivage ! Quand est-ce qu’irez-vous surfer ? » « Rentrez chez vous ! Peut-être avez-vous quelque infirmité cachée ? ». Face à cela, Vehiatua dit à ses amies de ne pas y prêter attention et elle leur conseilla de regarder comment les surfeurs sont emportés par le courant et d’attendre que le soleil soit plus haut, et que le courant marin change. Et celle-ci eut raison, car les conditions étaient devenues meilleures pour surfer. Belles, ointes d’huiles, ornées de feuilles de ti autour de leurs tailles et leurs cous, elles prirent leurs planches et s’élancèrent dans la mer jusqu’au point de départ habituel. Du rivage, la foule vit Vehiatua se lever, comme si elle marchait sur la mer. Celle-ci s’écria alors d’une voix portante et qui se répercuta au loin : « Je suis Vehiatua ite matai, l’enfant des vents, celle qui monte sur les flots de Taaroa ». Quant à ses amies, elles ressemblaient à des oiseaux qui survolés les eaux. A la fin de ce beau spectacle, elles se rapprochèrent du rivage et les applaudissements éclatèrent, jusqu’à que tout cela résonne dans les oreilles du roi Teihe moe roa i Matahihae. De ce fait, le roi ordonna à Vehiatua de ne plus porter son nom, et de partir de Tahiti. Et depuis, le roi prit le nom de la surfeuse afin que les applaudissements lui reviennent.

Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest
Les vagues étant loin du rivage vous ne pourrez pas les apprécier c’est pour cela que nous vous conseillons de vous rendre à « Tahiti iti Tour and surf » qui se situe à Vairao (la commune avant Teahupoo) au Pk 10,01 côté mer. Ils pourront vous proposer une ballade en bateau pour ainsi voir les vagues de Teahupoo ou même d’autres choses encore.
[Contactez Riou
Téléphone : 57.97.39
Vini : 75.55.66 ou 78.27.99
Mail: riou@mail.pf
Site web: www.tahitiititourandsurf.pf

Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest
Jardin Botanique
Le jardin botanique se trouve dans la commune de Papeari, pour vous y rendre, il vous faudra prendre la route qui mène vers la côte ouest de Tahiti, la commune de Papeari est juste après celle de Taravao. Des panneaux de signalétique vous aiderez à trouver le site qui se situe côté mer. Le temps de trajet est de 15 minutes.

Si Papeari est renommé pour ses fleurs et ses cultures, c'est en grande partie grâce à un américain, Harrison Smith, passionné par la botanique, qui arriva en 1919 à l'âge de 37 ans à Tahiti pour créer le jardin tropical dont il rêvait. Il planta des centaines de variétés de fleurs et d'arbres exotiques qu'il faisait venir d'Amérique, d'Asie et d'Afrique.
Harrison Smith, à l'origine, était professeur de physique à l'institut de Technologie du Massachusetts mais après avoir hérité d'une modeste fortune, il abandonna l'enseignement et s'embarqua en 1919 pour Tahiti, où il savait d'une précédente visite, qu'il trouverait à Papeari un sol et un climat idéals pour la création de son jardin.
Il finit après de nombreux achats, par être propriétaire de 137 hectares. En 1947, avant sa mort, il le légua à un ami botaniste du nom de Jean-Marie Boubée. La charge étant trop lourde pour cet homme, le jardin fut laissé à l'abandon. Cornelius Crane se porta alors acquéreur quelques années plus tard, mais étant américain, l'administration le contraint à donner une partie du jardin à la Polynésie française à sa mort.
En 1952, le jardin fut donc racheter par Cornelius Crane.
Cornelius Crane, était issu d'une grande famille et il était assez fortuné. La raison de l'achat de ce jardin est alors très anecdotique : avant de venir à Tahiti Crane souffrait depuis plusieurs années d'un exéma qui le rongeait nuit et jour, au cours de ses voyages il avait rencontrés de nombreux guérisseurs et spécialiste mais personne ne pu le guérir de son mal. Mais en 1950, lors de son passage à Tahiti, il rencontra Miri Rei, tahu'a raau (une guérisseuse) spécialiste de la médecine traditionnelle polynésienne à base de plantes. Après l'avoir examiné, elle alla chercher des feuilles et des racines qu'elle écrasa pour préparer une pommade et une potion, qu'elle lui administra. Au bout de quelques jours l'état de celui-ci s'améliora, il décida alors pour remercier l'île qui lui avait sauvé la vie de racheter le jardin botanique de Papeari et de le remettre en état, et demanda de l'aide à Karl de Swenburg et Talo Pambrun.

Choses à voir :
Durant votre visite au jardin botanique, vous aurez la chance de voir deux tortues des Galápagos
Les deux tortues du jardin botanique font partie des plus grosses tortues vivantes elles ont approximativement 150ans, elles sont de deux espèces différentes, l'une ayant une carapace plus bombée que l'autre. Ce sont un mâle et une femelle. Elles pèsent chacune environ 200kilos, mesurent 1,50m et se déplacent à 3km/h. Elles s'accouplent régulièrement, mais aucun œuf n'a été pondu. Elles sont originaires des îles Galápagos. Ce sont des herbivores qui se nourrissent de feuillages, d'herbes et de fruits. Elles sont dotées d'un très bon odorat et sentent toute leur nourriture avant de la manger.
Au XIXème siècle, ces tortues géantes étaient capturées par les marins qui y trouvaient une source de viandes fraîches pour les longs voyages et les entreposaient vivantes à bord des bateaux pour une durée d'une année. Entre 100000 et 200000 tortues ont ainsi été tuées par les baleiniers et les colons pour leur viande dans la période 1800 -1950. Actuellement, les tortues des Galápagos dont il ne reste plus que 10000 spécimens sont en voie de disparition c'est pour cela qu'elles sont devenues des espèces protégées.
Les tortues du jardin botanique furent offertes à un yachtman américain Charles Nordhoff en 1928 par le gouverneur de Pennsylvanie Pinchot, qui séjournait aux îles Galápagos.
Il les transporta jusqu'à Tahiti sur son yacht et en fit cadeau à ses enfants. Lorsqu'il quitta la Polynésie en 1938, les tortues furent confiées aux bons soins du Musée de Tahiti qui se trouvait à l'époque à l'emplacement de l'hôpital de Mamao.
En 1965, lors d'un incendie, les tortues s'échappèrent dans la montagne mais heureusement l'une fût retrouvée. Lors de la construction de l'hôpital Mamao (qui est aujourd’hui fermé), le musée ainsi que les tortues furent déplacés à Papeari.

Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest
Jardin d’eau de Vaipahi
Le Jardin d’eau de Vaipahi se trouve à 25 minutes de la commune de Taravao et 10 minutes du Jardin Botanique. Des panneaux d’indication vous aiderez à trouver ce site magique, situé côté montagne.

Son histoire :
Ce site, était autrefois réservé aux rites religieux de purification et de renaissance des âmes des défunts du clan de Teva. Ces âmes sont ainsi emmenées par la grande prêtresse de la mort, Te’ura-i-Hamano, sur les chemins initiatiques de la purification, dans les eaux spirituelles, transcendantes et salvatrices. Ayant accompli avec succès le rituel imposé, elles obtiendront le repos éternel dans le jardin des délices du Rohutu-No’ano’a, paradis du peuple maohi.
Tout au long de votre visite des panneaux explicatifs vous aiderez à mieux comprendre l’histoire de ce site mystérieux.

Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest
Site de Fabrication du Monoï

Le site de fabrication du monoï se trouve dans la commune de Papara, soit deux communes après celle de Papeari. Du jardin botanique vous mettrez 30 minutes de trajet et du Jardin d’eau de Vaipahi 20 minutes. Lorsque vous aurez passé le pont de la « Taharuu » à Papara, le site est à moins de 2 minutes côté montagne. Et lorsque vous verrez le panneau de la route du monoï numéro 13, il vous suffira de vous garer côté mer.

Le fabricant de monoï se prénomme Robert Peretia, il est préférable de prendre rendez vous la veille. (Numéro de téléphone : 87 78 08 47)

Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest
Grotte de Mara’a
Les grottes de Mara’a se trouve au début de la commune de Paea, dans le sens Taravao- Papeete. Du site de fabrication du monoï vous mettrez 15 minutes de trajet. Et des panneaux de signalétiques vous guideront vers elles.

On y trouve une grotte occupée par un petit lac présentant une illusion d'optique. Le plafond de celle-ci est en forme d'arche et donne l'impression d'aller en s'abaissant, vers l'extrémité de la grotte qui paraît alors très proche, alors qu'au contraire, le fond s'éloigne au fur et à mesure que l'on avance.
Quatre grottes se succèdent alors, Ana Paero, Vaipoiri, Matavae et Puahotu.

Anecdote :
Description de la grotte de Maraa par Bjarne Kroepelien en 1918 :
« Le long d'une paroi abrupte, au bord du chemin, il y avait une grotte. Des fougères odorantes s'accrochaient au flanc de la montagne et formaient presque un tapis qui recouvrait la roche. L'eau y était fraîche et claire. L'endroit me parut favorable pour un bain, mais alors que je me déshabillais, arrivèrent quelques jeunes garçons qui paraissaient tout à fait effrayés parce que je voulais me baigner là.
- C'est plein de « tupapa'u » (fantômes) dit l'un d’entre eux.
C'était étrange. Peut-être allais-je provoquer les Tahitiens en me baignant dans une grotte où ils avaient autrefois caché leurs morts, et j'étais sur le point de renoncer à ce projet quand arriva un autre Tahitien, qui dit qu'il y avait des fantômes qui habitaient là; mais qu'ils ne devaient pas être de la pire espèce car, il y avait très longtemps, deux français en pirogue étaient partis ramer dedans. De plus, quelqu'un qui s'y était baigné avait dit que, plus on nageait vers l'intérieur, plus l'eau était froide et que cela devait être terrible tout au fond. J'ai tout de même décidé d’y aller. La grotte avait 60 à 70m de long et autant de large. J'ai nagé vers l'intérieur et l'eau était à la même température. Restés à l'entrée, les garçons regardaient, mais personne n'a voulu me suivre.»

Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest
Marae Arahurahu
Le Marae Arahurahu se trouve dans la commune de Paea côté montagne avant le magasin Lau dans le sens Taravao-Papeete. Le site est à 10 minutes des grottes de Mara’a. Des panneaux vous guiderez vers lui.
Description du marae :
A chaque entrée de marae situé coté montagne, on peut voir des ossements dans des grottes, ce sont des « Oromatua », ce sont des gardiens de l’entrée du marae.
● De plus, on y trouve généralement des tiki pouvant représenter soit des dieux, soit des ancêtres.
Sur le Marae Arahurahu, il y a tout d’abord la Princesse Heiata, puis le Prince Moana Nui. Ce sont des copies. Les originaux proviennent de l’île de Raivavae de l’archipel des Australes et sont actuellement au musée Gauguin de Papeari.
Une histoire légendaire tourne autour de ces tiki. Il y avait 3 tiki au départ à Raivavae: la princesse Heiata, le prince Moana Nui et leur enfant Moana iti. Au siècle dernier, les tiki ont été mis sur un bateau à destination de Tahiti. Durant le trajet, beaucoup de personnes qui étaient à bord du bateau ont été irrespectueux envers eux, et celles-ci moururent ensuite pour des raisons indéterminées. A l’arrivée, le bateau a coulé. Deux tiki ont été repêchés, mais celui de Moana iti n’a jamais été retrouvé. Et la légende raconte qu’il ne peut pas être localisé parce qu’il n’est jamais à la même place …
Le musée Gauguin dans lequel on exposa les deux tiki se situait à l’époque derrière l’hôpital Mamao. Lors du transfert du musée vers Papeari, il a fallu à nouveau déplacer les tiki. Les tahitiens ne voulaient pas s’en charger de part le poids de la légende et ils ont fait appel aux marquisiens. Lors du transport des tiki, la légende dit que les marquisiens ont été irrespectueux, qu’ils sont montés sur les tiki et ont jetés des cailloux. Tous sont mort sauf un car durant le transport il a vu que le tiki de la princesse Heiata saignait au pied, il a alors fait arrêter le camion, puis l'a pansé afin que celle-ci ne saigne plus.
Et de nos jours, on raconte que lorsque des jeunes filles se changent derrière la princesse Heiata, elles deviennent folles. Mystère !
Marae Arahurahu
Indication pour s’y rendre :
Le Marae Arahurahu se trouve dans la commune de Paea côté montagne avant le magasin Lau dans le sens Taravao-Papeete. Le site est à 10 minutes des grottes de Mara’a. Des panneaux vous guiderez vers lui.
Description du marae :
A chaque entrée de marae situé coté montagne, on peut voir des ossements dans des grottes, ce sont des « Oromatua », ce sont des gardiens de l’entrée du marae.
● De plus, on y trouve généralement des tiki pouvant représenter soit des dieux, soit des ancêtres.
Sur le Marae Arahurahu, il y a tout d’abord la Princesse Heiata, puis le Prince Moana Nui. Ce sont des copies. Les originaux proviennent de l’île de Raivavae de l’archipel des Australes et sont actuellement au musée Gauguin de Papeari.
Une histoire légendaire tourne autour de ces tiki. Il y avait 3 tiki au départ à Raivavae: la princesse Heiata, le prince Moana Nui et leur enfant Moana iti. Au siècle dernier, les tiki ont été mis sur un bateau à destination de Tahiti. Durant le trajet, beaucoup de personnes qui étaient à bord du bateau ont été irrespectueux envers eux, et celles-ci moururent ensuite pour des raisons indéterminées. A l’arrivée, le bateau a coulé. Deux tiki ont été repêchés, mais celui de Moana iti n’a jamais été retrouvé. Et la légende raconte qu’il ne peut pas être localisé parce qu’il n’est jamais à la même place …
Le musée Gauguin dans lequel on exposa les deux tiki se situait à l’époque derrière l’hôpital Mamao. Lors du transfert du musée vers Papeari, il a fallu à nouveau déplacer les tiki. Les tahitiens ne voulaient pas s’en charger de part le poids de la légende et ils ont fait appel aux marquisiens. Lors du transport des tiki, la légende dit que les marquisiens ont été irrespectueux, qu’ils sont montés sur les tiki et ont jetés des cailloux. Tous sont mort sauf un car durant le transport il a vu que le tiki de la princesse Heiata saignait au pied, il a alors fait arrêter le camion, puis l'a pansé afin que celle-ci ne saigne plus.
Et de nos jours, on raconte que lorsque des jeunes filles se changent derrière la princesse Heiata, elles deviennent folles. Mystère !

● Marae destiné au dieu Oro :

Cette petite structure est un marae qui servait uniquement aux guerriers (to’a). Ils y faisaient des incantations au dieu de la guerre qui est ORO. En effet, à la veille de chaque guerre, un guerrier venait demander de l’aide au dieu afin qu’ils reviennent vainqueur.
Le tour de l'île de Tahiti de Papeete au Marae de Arahurahu côte ouest